Terrible Ivan IV – Rêve (la tour)


Journal / vendredi, septembre 6th, 2019
“Secret Departure of Ivan the Terrible Before the Oprichina”
Mikhail N. Panin

Une toile volée, puis rendue.

L’article complet ici.

un rêve – la tour.

 

une ville, que je visite, invisible,
en provenance d’un autre espace-temps.

il y a au loin, au couchant de l’horizon,
la tour. Les jours nuageux l’accompagnent
de forêts de conifères. Le soleil, quant à lui,
amène un lac calme, à la végétation luxuriante.

si je le veux, je peux la rejoindre.

En son coeur, respire l’intraduisible présence.

on me la relate avec soin,
comme un conte éternel.

La présence se déploie, le ciel pour
oeuvre d’art, sa parole en nuages.

Des mots s’impriment aux plafonds,
d’autres tombent au sol,

ils se laissent cueillir,
ils ne disent rien, ne veulent rien dire.

L’un des murs est recouvert de livres et de lierres,
et j’aime me promener dans celui qui tombe à mes pieds.

   Puisque
tu es une fleur, tu dois vivre.

   Me faudra-t-il de la volonté?
Je sais à qui je souhaite m’offrir.

   Offrir : ta volonté de vivre.

la fenêtre s’ouvre parfois sur un paysage d’automne,
doucement dévoilé. Des arbres et des buissons en fleurs,
des pommiers alourdis de leurs fruits s’approchent de moi.

« Prends-moi,
offre-moi à celui que tu aimes. »

Quelques fois
la porte est là. Si elle s’ouvre,
comme un miracle, vient le repos.

Dans la pièce blanche comme dans la pièce noire,
je trouve les pieds, je vois parfois le regard.

Je m’avance et me dépose,
je m’endors sur le sol.

Je rêve que je suis une fleur qui pousse
juste là, aux pieds, et qui s’allonge doucement
jusqu’à la main.

 


*

Laisser un commentaire