L’invention de l’oubli – 2


de chair et de dentelle (2019) / jeudi, décembre 28th, 2017

J’écoute
la pluie se rapprocher
de mes paupières
fermées et prêtes
à recevoir

il y a quelque part
ces larmes jamais nées
ni mortes, elles attendent
la conscience de leur existence

j’attends que le paysage change
ces nuages absents
ces couleurs distantes
l’existence diluée
le regret d’une substance

il y a des fenêtres
que j’aimerais ouvrir
sentir la lourdeur de l’air
l’eau qui veut éclore

des perles pour le nez
des miroirs déformants
mes yeux restent fermés

j’écoute
l’orage traverser les murs
caresser mes remparts
doucement, la pluie pénètre

même ce rocher
qui n’a pas à se protéger

la mort
le concerne peut-être
comme toi et moi

la vie…

j’attends
cette pluie

sans regarder
je sens
ce qu’elle a pénétré

Laisser un commentaire