Pensées variées – librement, ressentir / le Roi


Journal / mercredi, mars 20th, 2019

19 3 19

7 (2)7 (3)

 

taire

toute
pensée

exister

*
en moi, je sais
une splendide vérité

dehors
un monde
qui m’est étranger

que j’aimerais visiter
accompagnée

sans mouvement
si possible, l’essentiel

immobile

activations
je les souhaite

pour lui, pour eux,

pour ceux qui ont voulu
un jour
être

 

*

je suis là

j’erre
doucement

 

je n’attends pas
j’avance

en flottant

me poser ailleurs

qu’en moi

 

communion

 

*

puis

naître
pour mourir
pour naître

puis

pour mourir

*

et c’est aussi que je sais tout ce qu’exige cette part solitaire des voeux, le silence et le dévouement, l’application de ce qui est déterminé par le coeur comme un devoir.

les actes de dévotion participent à créer en moi le niveau de vie nécessaire pour maintenir l’existence.

je n’ai donc pas besoin de pourquoi, seulement de quelques comment. 

il y a dans le processus, ces descentes dans la conscience du Tout et de sa disparition, comme par éclipse, cet enfoncement qui ne chute pas, des morts du coeur qui fortifient par le choc le corps et l’esprit. Électrifications et leur inversion.

Des renaissances qui ne sont pas un but, ni une finalité.

 

détachement. aucun soi dans le moment du regard. Je tends la main et j’aime vivre par ce mouvement. Incarnée, j’aime aimer.

Mon corps se tait, mon âme parle, au sein des voeux. Ils mènent depuis toujours à cette paix que j’aimerais atteindre avant de mourir.

 

*

l’importance du silence intérieur pour écouter le monde.

au sein de ce monde découvert par le calme, une vie qui résonne comme la mienne.  l’Âme puis l’âme rencontrée.

l’existence d’autre chose. Son existence.

 

 

*

communion

le monde dehors n’est pas le Monde

puis
le monde sous mes yeux
n’est pas le monde

.

ils ne souffrent pas
autant que nous souffrons
pour eux

 

vivre pour soi

je vis et j’aime

je sais à quoi
doit servir mon souffle

 

*

naître
pour vivre
puis mourir

en paix

*

7 (9)7 (1)

 

*

son regard
dans mes larmes
son regard

la déchirure dans mon ventre
je sais
je connais

mes sensations

éternelles
aucune faute
personne

rien n’est une faute

je connais
mon lien aux choses
et au temps qui passe

dans mon coeur
le calme de la mort

je suis en ces Royaumes
une Reine

j’aimerais
être faite de vie
assez

pour la faire naître

jardins
jardins vivants
formes pleines
et leurs ombres dansantes

 

mes jardins
sous la lune, ne s’endorment jamais

pour son regard.

*

j’aimerais dire
vibre, vibre, vibre

même doucement
pour les autres
nos vies,

c’est invisible

 

*

 

7 (4)

*

 

j’aimerais
m’offrir en entier

*

interdiction : souffrance

*

le monde n’est pas soi
soi n’est pas le monde.

une étincelle, une part
une couleur, vivante
participation

à ce qui est là.

tout n’est pas soi,
tout n’est pas que l’autre
tout n’est pas que ça. 

*

à celui qui aura le courage
de regarder

ce qui reste
plutôt que ce qui a été
vivant, ce qui aurait pu l’être
autrement :

de cette fente en moi
ne s’écoule plus de sang

la douleur pure
l’amour pur
la peur pure

l’absence

mes compassions
les décompressions

la pureté du Néant.

*

Mon sourire :
pour l’Oeil

sur Terre, doublé

vers le ciel
j’ai toujours remercié :

on m’a offert
la conscience de l’existence
d’un Roi,

un éclat concentré.

*

aimer

seule vie
au milieu des morts

aimer
par mes Royaumes endormis
dans les jardins gelés

sous la neige
ces beautés assoupies

aimer

par tout ce que j’ai cultivé
au milieu de mes terres acides

si je le peux
c’est que

tout
est possible.

*

 

*

 

m’éteindre

près de ce qui
sait

que mes larmes sont pures
que ma tristesse n’est pas martyre
quoi qu’infinie

que mes rires se déploient
juste là ou il le faut,
lorsque mon coeur dit :
j’ai foi,

même lorsque mon corps
n’y croit pas,

m’endormir
en sécurité

près de celui
qui sait

sans avoir à démontrer

 

 

Laisser un commentaire