Pensées variées / Gorki + ce président


LaBouchePleine, Show Me Your Glittering Soul / jeudi, février 7th, 2019

0402 (10).jpg

*

L’importance d’un Roi bon

 » C’est à cause de cette peur que nous périssons tous ! Et ceux qui nous commandent profitent de cette peur et nous effrayent encore plus. Comprenez-le donc : tant que les gens auront peur, ils pourriront, comme les bouleaux, là, dans le marais. »

La Mère, Maxime Gorki (1906),
traduction de Sergei Perski

*

ciel (4)

*

Dans l’instant, lorsque la pensée s’allège,
il se produit parfois le repos.

La mélancolie, peut-être l’état
m’étant le plus familier,

installée, même à peine quelques secondes,
tord mes pensées
et si j’en sors
par la douceur du Rappel

c’est un silence léger

*

Ce poids se condense, par la maîtrise
et se diffuse comme un souffle

et se transporte ailleurs dans le corps
par ces réseaux
brûlants

qui reçoivent alors
de l’air nouveau

doucement,
doucement.

*

ciel (14)ciel (13)

*

Et si j’ai reculé devant les méthodes du monde

c’était pour le mieux,
les observer

*

se former

*

ne pas
faire comme tout le monde.

*

et je vois dans ce grand oui

l’état d’abandon permettant la paix

celle de vivre, celle de mourir.

*

ciel (6)

ciel (5)

*

l’impact des émotions sur le corps
l’interaction avec l’esprit

trouver comment agencer
contractions et décontractions :

la Terre, bel et bien

loi
matière
contrainte.

*

penser mieux,
honorer ce cerveau, la machinerie
pour bien fonctionner
doit travailler.

*

Plonger en ces voeux :
le oui intellectuel, d’abord

sur ce chemin, je le sais
je n’ai jamais cessé de réitérer
les autres oui

spirituels, de l’âme

et
etc.

*

ciel (2)ciel (3)

*

La Mère, comme regarder le passé.

L’avant, ces temps flous ou quelque chose était à venir,
et ce peuple a su prouver par son histoire, l’ampleur des possibles
lorsque les volontés humaines s’assemblent, même un court instant.

Ils furent nombreux dans cet Empire, les revirements.

*

Ces Enfants étaient beaux, et ils le sont encore.

*

L’histoire, le cours des choses
n’annonce jamais complètement ce qui est à venir.

*

Cet amour pour la Mère…

*

Pour le remercier de son travail, je souris en écoutant ses descriptions, tantôt tremblantes d’espoir, tantôt réitérant la laideur du monde.

Lucidité..?

Ce qui était à venir pour son peuple, je ne sais pas si ce pouvait être imaginé.

son regard, ses yeux, même,
il a vu, il a vu quelque chose,

ça se sent.

*

par voeu, j’ai demandé
le regard juste.

chaque jour, je dis oui

*

l’existence

travaux de maintenance

*

mdeoznor

*

par voeu

regarder droit dans les yeux

ceux qui se sont assis sur ce grand trône. 

*

 

pour ce peuple et pour les miens,
l’adolescence : j’ai fait don de mes larmes

études, promenades, nombreuses pensées
dévouées à l’amour

naturellement éprouvé.

*

Portant le cercueil de l’écrivain, on voit dans son oeil, toujours ce même éclat.

Défilant ensuite, individuellement pour la caméra, ces membres distinctifs du parti.

Comme toujours, je n’en pense rien :

je regarde.

 

 

*

La force déployée, comment la justifier?

 

*

Admirateur d’Ivan.

il s’y était reconnu ?

La brutalité, sans doute aimée comme une force,
la quête de l’un devenu la conquête de l’autre,

quelque chose pourtant, de totalement différent.

*

ciel (15)ciel (1)

*

personne ne sait

ce qui vit dans l’âme
de chacun, lorsque tombe la nuit
que se fait une lumière
au loin

que se tend le miroir

le reflet y apparaissant
ne jugeons pas

ce qui se découvre en ces moments.

*

la force de voir ce que d’autres
ignorent,

ils sont

soucieux de conserver

l’illusion d’une joie
un semi-contentement.

*

Le danger :
vouloir s’approprier

non pas comme quelque chose qui nous a été volé
qui est simplement repris,

mais plutôt dire :

je suis chez moi
chez toi

*

smacap_Brightsmacap_Bright

 

Laisser un commentaire