Pensées variées – Sur les Sens


Journal / samedi, janvier 12th, 2019

 

« Нет, мне не нужен их посыл, я не ищу глубокий смысл
В этих песнях депрессивных, не меня это »

*

regarder les enfants jouer

enfin me reposer.

*

 

Ma Anand Sheela, Wild Wild Country (2018)

 

*

la vue, le sens le plus clair
hors les mots, respiration ajustée

en eux
la possibilité de dire

aimer

l’énergie de l’oeil
le regard, le monde en a besoin

le beau comme le laid
vus, existent

dans l’existence, parfois, un sentiment doux
comme un souvenir lointain
une connexion

aux sans-demain
ni avant ni maintenant

je passe

j’aime quand il est là
sans toujours, jamais ou pourquoi

mon coeur s’ouvre
doucement, je lui dis
décontracte-toi

mon corps me semble acidifé
par ce qui n’a pas été

qui s’est tout de même déversé
dans mes veines coule l’amnésie

 


contenue, mon émotivité se dissipe
l’amour qui coule,

le réflexe de fermer
retraits profonds, j’entre

quelqu’un en ressortira

ma force, je la sais sensible

sur ma joue
de courts frissons

qu’est-ce que la chaleur
d’une main aimante?

 

en mon silence, je me maintiens
j’avance sans chuter

ce tremblement délicat
qui me rend inapte à quoi que ce soit

absences

pourtant

je fonctionne, je vis et je bouge

me vivre , d’accord
constamment je me vis

 

mais
mais
mais

 

et

je suis, quelque part
en ces paysages

passant entre les temps
j’existe brièvement

sauf
en mes positions favorites

rares
intime laisser aller

dans ce jardin au mille fontaines
enveloppé par les infinis possibles

rarement, je commande

quoi que ce soit

les Loups chantent
je les entends en moi

à mes Frères, je dis

près de lui j’oublie tout 

 

ma voix, libre
s’harmonise

à ces guérisons et ces blessures

ma sensibilité
n’est pas une fragilité

brute, la force
en chacun la force pure

en mon coeur
l’amour Sauvage
je serai toujours une Enfant

j’ai assez pleuré

j’ai beaucoup ri

 

en mon Centre
ces forêts ne se domptent pas

la vie est là
chaotique

elle s’enchaîne pas

mon coeur bat lentement
la pression, la percer
doucement

pouf.

 

 

dans le même temps

balbutiements, palpitations

l’ancien, une fois guéri
s’évapore dans de doux gémissements

et je bâille et m’étire

animal soulagé

et je me repose
dans le don de l’amour

la capacité liée à la volonté

tout ce que je peux faire

me déposer dans l’air,
exister.

*

 

Laisser un commentaire