À la lecture des lettres


LaBouchePleine, Show Me Your Glittering Soul / mardi, janvier 1st, 2019

IMG_6060.JPG

IMG_4774

*

le trône.

*

Sur Terre, cette paranoïa.

Des manies collectives.

tout est trop sérieux.

allez , on se laisse aller.

*

*

La sévérité, celle qui tue, si difficile à porter.

comment ne pas avoir de compassion ?

j’aimerais apaiser ces tremblements.

*

compréhension silencieuse

mot ,  rien.

*

*

Le tout est là, juste là, il me semble.

Je ne veux rien saisir.

rien , à chaque instant
tout est possible.

*

Comment se reposer sans mourir..?

le souffle, il faut continuer de respirer.

Éruptions, nous le savons. tout peut exploser à tout moment.

*

j’aimerais, pour tous, du Beau. la Pureté.

*

de quoi ont l’air les alliances avec l’impur?

des images.

ai-je le droit de désirer ma propre paix?

est-ce vraiment si stupide de se le demander?

hors le rire et les larmes, je ne comprends pas bien l’émotivité.

Folie? émotivité de plus.

ces codes, les adapter à l’air.

*

ce Premier, aucun nom ne lui convient.

complexe, cet air autour de lui. l’enfant existe,
pourtant, il est là quelque part.

*

IMG_4896.JPG

*

la stabilité, les bases

la justesse d’un saut,
l’abandon en cette droiture

crée de belles et fortes étincelles

*

l’importance du sol, pour la récolte.

*

alternances

*

déployer des forces

*

lettres (3)

*

cet air… je résiste, c’est vrai.

dans ces lettres, ce roi dit que c’est le pire des crimes. Mourir en innocent. j’en apprends sur la Dévotion.

la pureté, mourir innocent sous un tel regard.

*

dominer avec justesse, une utopie?

*

Fissions, frictions et chaleur.

*

écumes

*

Reine, je n’aime pas être Régente.

*

 Nijinski, Clown de Dieu

*

Je sais qui je suis. 

*

des voix sourdes. la nuit, certains volent à même le corps.

*

au coeur de mes distances, je me retrouve renouvelée.

j’émets pour la Terre des voeux de paix, sincères.

dans mes Jardins, des fleurs émergent du sol.

Les pétales scintillent, magnifiques cristaux rares.

*

des clés, sous le plancher, entre les couches de l’air.

l’équilibre entre les personnalités, un voeu
accord de paix, entre tous les participants.

*

hihi (6)
gargouille

*

sans poésie ni mot, l’esprit intégré au tout,

l’élan sans pensée ni mouvement.

*

ce don qu’offre le regard sombre,
la lumière en son coeur.

*

hihi (7)

 

*

et je refuse l’émotion, et je ne veux plus rien. ce corps, je ne sais pas quoi en faire. un confort minimal nécessite beaucoup d’efforts.

bof. je roule des yeux,
non, je n’ai pas envie des impositions injustes.

je marche, je marche.

vivre, quand je n’ai pas d’amour est au-delà de l’absurde.

depuis toujours, j’aime baigner en ces absences.
comment faire cohabiter ce silence et l’existence?

les jeux terrestres me lassent ou m’effraient. à quoi bon le mal?
question inutile, dans cet univers infini en possibles.

tout est danger, tout est mortel.

j’aime le chaos, par mes immobilités.

y trouver la force de me propulser.

j’ai envie de ces refuges hivernaux.

Laisser un commentaire