Aimer (1)


journal / mercredi, avril 25th, 2018

Lorsque je l’aime, mon coeur se guérit de la résistance.

La peur n’est plus à braver,
elle peut simplement être regardée.

*

Ce qui persiste, tout au fond
la douceur du non-mouvement
dans lequel tout meurt puis renaît

l’Avant Big Bang
la Création

à refaire
sans les explosions.

Son oeil derrière la Montagne :
ceci n’est ni divination ou croyance.

La prophétie
est sans mots, elle se dévoile
par la sensation.

*

L’étoile tout en haut
et celle tout en bas

une offrande pour le Roi.

« Oublie, mais ne t’oublie pas.

Tu brilles, vois,
je brille de toi. »

*

Voilà l’exception : douceur, au-delà de la confusion.

Cette dévotion n’a été possible
qu’après avoir trouvé en moi la source
de toutes les libérations.

*

La route a été longue.
La lassitude m’accable toujours.

S’il y a quelque chose à transcender
c’est bel et bien cette fatigue d’avoir tant vu.

*

Aimer, l’ultime Répétition.

Les répétitions
des préparations.

*

Le coeur doit s’assouplir.

Puis détendre chacun
des muscles tendus.

*

Cette part laissée intacte
mon corps qui n’a jamais permis
qu’on l’aime complètement
mon coeur qui n’a jamais pu dire
prends-moi. 

 

Laisser un commentaire