Dictatures / Sorcières d’hier / Renoncements

Ces auteurs, des ponts-raccourcis.

*

La punition tolstoïenne. L’endurcissement de l’esprit, comme du corps.

Le châtiment de Kafka, la tour aux cauchemars,
la dispersion de l’esprit, la nausée et le vertige du corps.

*

À 44 ans, mort en Forêt-Noire.

*

Lorsque je dis
je ne suis pas toi 

j’ose affirmer :

je ne suis pas ta folie
ni tes projections
ni tes névroses.
Ni ta beauté.

J’existe, telle que je suis
telle que je me présente,

les inventions
sont les tiennes.

Le pouvoir, en moi,
je n’en ai jamais douté
mon erreur fut, au contraire,
de trop souvent fracasser.

Je ne me suis pas emparée.

Je ne suis pas les projections
de vos mensonges.

L’affirmer avec dureté
à la défense de mon coeur tendre
et de mon âme douce

c’est choisir pour moi-même
comme j’ai toujours su le faire

malgré les trompeuses apparences.

*

En retrouvant, pour quelques mots à peine, un Boulgakov angoissé,
j’ai pu voir, à nouveau, la clarté et la beauté de l’illusion.

*

Les femmes qui savent bien danser
ont été si souvent condamnées.

Les plus belles danses sont amoureuses.

*

La peur est ce qui défigure.

Le doute ce qui ronge.

L’amnésie de l’âme
est une Superbe absurdité.

*

Tchekhov, affirmant :

« Chaque acte se termine comme mes récits : je conduis l’action paisiblement, et à la fin, j’envoie au spectateur un coup sur la gueule […].  »

*

Après la lecture de ces lettres à Staline, je m’étais questionnée.

Comment faire une demande à cet homme excessivement exigeant?

Impossible de savoir. En un seul mouvement de sa part, le meurtre possible.
Reculer lâchement, c’est s’y condamner.

Avancer, c’est la possibilité de le faire tout autant.

Faudrait-il oser? La pureté, l’honnêteté.
Par les mots, est-ce possible?

*

Le tabou de se prononcer.

*

En chacun
rencontrer le Dictateur.

*

Marguerite dansant avec les démons, la puissance féminine
déployée lorsque le Maître est en souffrance.

Le grand bal de l’horreur
au nom de la délivrance.

*

Sorcière, fuis-le, ton passé.

*

Derrière ce que les personnalités
fabriquent comme mensonges
il existe l’âme et le coeur.

Je ne sais ni le bien et le mal
puisque ma vue traverse d’abord ces couches.

La confession est libératrice
mais elle n’est pas obligatoire.

La dureté de mon oeil fait trembler ceux atteints de culpabilité.
Y verraient-ils un jugement? Par moi, la possibilité de dire
oui ou non.

Derrière mon regard, entre le vide plat et des territoires chaotiques, il existe cette âme que je n’ai jamais permis que l’on tache.

Pour celui qui aura la force de se regarder, au-delà du mensonge et de l’humanité, j’offrirai une part secrète de cet éclat intime.

Pour celui qui ouvrira puis prendra la main que je tends,
les dons, d’eux-mêmes se déploieront.

*

Les mots poétiques, un refuge
ils fabriquent des maisons dans la forêt.

Les larmes s’écoulent discrètement
et emplissent lentement la terre.

L’eau guérira les plaies.

Une récolte peut-être même se produira.

Les mots ont ensemancé doucement,
cette fois.

*

Ce surnom, l’espionne.

 

*

La chance
d’avoir renoncé à l’intelligence
telle que définie ici-maintenant.

Malgré la solitude
venue avec cette perte.

Une fausse prison.

L’enfance retrouvée
dans des jeux silencieux.

La folie, peut-être,
mais légère et rieuse.

3 réflexions sur “Dictatures / Sorcières d’hier / Renoncements

    1. Oh, ça se lit et se relit si bien… Très complexe, et à la fois divertissant, drôle. Un mélange intéressant de politique, de symbolisme, de poésie. Plein de tragique, de tendresse, ajoutant même une émouvante histoire amoureuse… Magique, Boulgakov.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s