Sans titre 1


HolyWhore (2016-2018) / mercredi, novembre 1st, 2017

La course aux morts
des beaux décors, chante plus fort
des champs en fleurs
des robes à boutons
des seins, des mains, des bouches
des yeux fermés, des sensations
le temps existe pas
le silence
le silence

mes mots existent pas
le chien se calme
se couche à mes genoux
ma hanche craque la chance tourne
je sais pas

j’imagine pas longtemps
mes idées éclaboussent mes pensées aboutissent pas
confusion dégénération
discipline, le chaos a besoin de ménage

toctoctoc
cococococ
cockcock, ça recommence
ça recommence
mama mia
hormones d’adolescence
corps d’éternelle vieillesse
l’infini c’est lourd la patience est pesante
mon cheval mon cheval
je marche toute seule
un homme et son péché
c’est tu toi ça? l’avarice?
viande à chien
chien des bois

le gars là-bas
ouais, le grand pas propre
justelà, ouais celui-là, c’est ça
le beau poète qui rime jamais
y’aime pas ça la régularité
mais mais
mais les lignes les lignes les lignes
des mathématiques les lignes des lignes
le poète quadrillé

oups je veux dire
le poète le poète, faut célébrer
amène une bouteille
demain, faudra pas recommencer

mon troisième oeil frétille
mes dents s’émeuvent
mes jambes s’ouvrent

gloups j’ai soif, mes oreilles bourdonnent
j’aimerais ça ressentir
parle-moi de ça
juste un peu
j’vais pouvoir voir
ce que je suis pas

exister
se différencier
unité, unicité, un Tout un Tout
insécable, le temps existe pas

j’ai peur j’ai peur
des morts qui courent
je veux pas foncer dans le soleil

papa, papa
la mort, ça fait tu mal?
papa, papa
tu connais ça
le soleil, ça brûle

dans ma grotte
les chauve souris
ne sont pas vampires
bananes et fraises
parfaitement adaptées
pour ma bouche toute prête

dans ma grotte
des rochers les rochers c’est mes amis
sculptures tenaces
matière solide
existence nette
masse, masse

les tempes
le cou

les yeux fermés
en sécurité
les mains sur les épaules
en sécurité
les yeux fermés
respirer, respirer

symbiose
organicité

alléluia

la sécurité

alléluia

pas besoin de rien imaginer
quand on est en sécurité

 

Laisser un commentaire