ne crois pas que je crois comme croient les croyants / comme tombe la nuit et mes yeux ne veulent rien manquer


HolyWhore (2016-2018) / samedi, septembre 9th, 2017

hairy spiders
don’t shave your eyes
shadows watching over the night
three hours and i’ll be dead
you are not bleeding
ta peau est de la cire
tu fonds
t’as disparu

can’t feel it can’t touch it can’t describe it
je trace des lignes
hors les dimensions
ça n’a pas de fond
ça coule et ça submerge
l’idée d’un langage simple

false false false
distant Imaginary Friends
Jesus Christ and his tears / Sins and cruelty
je ne pleure pas pour moi mais pour lui
ô Sauveur Inventé
ne crois pas que je crois comme croient les croyants
pour qui m’as tu prise

ô égarements et voluptés
des sentiments inexplorés
comme tombe la nuit et mes yeux ne veulent rien manquer
cheveux, protégez-moi
mon coeur je le tiens il tombera pas
mon coeur glisse dans les fentes du plafond
j’ai tracé le chemin

y’a pas de fond
y’a juste pas de fond

je pourrais te raconter comment
j’ai toujours et jamais la Foi
avoir la foi en l’un ne veut pas dire
l’avoir en l’autre
en toi, ne veut pas dire en Dieu
et tout ça, tout ça…

trop mal des fois
tannée d’avoir mal
mal d’être vide surtout
tannée du vide

même à mon plus beau
vidée d’avoir trop retenu

je sais pas à quoi ça sert
je sais pas, je sais pas
abandonné quête vérité
raccourcis
juste envie de vivre
vivre aimer toucher goûter
vivre

a knife
cuts my throat
no hard feelings
will i die happy?

le contentement
une légende paralysée
autrefois
j’étais là, t’étais là
tout le monde était là

les dinosaures sont tous morts
la fin est proche
plus rien à manger
mon ventre n’est plus creux
gros tas d’organes et de viscosité
l’humain-machine-mortel
bouffé tout rond

la nature en voie d’extinction
je n’ai plus envie de croire
j’aimerais m’endormir
me reposer

ça me fait chier d’oublier
je sais pas c’est quoi le passé
quand j’ai mal je sais pas pourquoi

ô… chants immémoriaux
des Patriotes anciens
je les entends, la fontaine coule
jets érigés
matière dissoluble
en suspens dans l’air
l’eau dans ma gorge
est-ce celle-là
qui me désaltérera?

i am not the monster
eating my memories
je ne deviendrai pas fantôme
en mon propre esprit
je vis en ce corps triste
qui marche et qui sourit
pourquoi j’aime autant la vie?

je sais pas
je sais pas

la mélancolie s’empare parfois de moi
j’ai peur de mourir toute seule dans mon lit
c’est pas grave c’est la vie
j’ai peur c’est la vie
ça va aller c’est la vie
j’ai peur ça va aller
pas le choix ça va aller
je veux pas blesser
personne ça va aller
fatiguée de faire mal
chut… laisse-toi aller
ça va pas
pas le choix
de dire que ça va aller
de croire d’avoir la câlisse de foi
que ça va aller
pas le choix
pour pas blesser
pas le choix

vous m’avez jamais donné le choix
j’aurais pris des miettes
même si c’est pas assez
dégradant, mais ça aurait mieux été
j’étais bien, même dans les pleurs
quand je pouvais le regarder
le vide dans ses yeux
lui aussi beau à contempler
ses yeux, deux secondes, un regard à moitié
son nez, ses cheveux qui vivent
sa main, quelque part
qui ne s’occupe pas de moi
pathétique sourire de la folle amoureuse
juste de loin, pas le droit
pas le choix
ça va aller

look
a broken mirror
blood protecting the spiders
my mouth is a sky
infinite blue and bleeding clouds
my tears will never be diamonds
je tremble encore
mes yeux sont perlés

massages et tics
homme-femme, femme-homme
tout rien le néant, tout ça
recul, c’est pas méchant
mon oeil droit est pour toi
il se ferme, il ne surveille pas

il s’apaise
mon corps aimerait dormir
ma tête n’est pas un cimetière de pensées
l’humain doute l’humain a mal
l’humain souffre l’humain l’humain
je me connais

i can hear
a dying lullaby
big heart
please don’t explode
galaxies et Big Bangs
éternels recommencements

la paix
la mort
la paix

j’ai peur
pas d’attaches
toute seule pas de liens
la mort

is this safety?

the spiders are watching over me.

Laisser un commentaire