ça existe, le mal  attention à ton coeur  pur, pur, attention  ne maltraite pas tes dons  réchauffe-toi  des alliances passées 


HolyWhore (2016-2018) / vendredi, septembre 1st, 2017

DE L’ART, DE L’ART
je sais pas
me semble que la vérité
c’est over-raté

l’authenticité
sais-tu ce que c’est?

ben oui, tu sais.

*

puis-je? puis-je donc?
et si je ne puis pas

je sais pas quoi te dire
à part que je m’en crisse

je te dois rien
j’ai pas envie de parler
j’ai juste envie de crier
dans mon langage ça veut aussi dire
pleurer.

je devrais pas aller là
je devrais? non. oui? aaah.
peut-être, je sais pas, ben ben peureuse
ben ben facile à énerver
ben ben fébrile, petite bête tremblante
doucement, doucement

pas besoin de le redire
j’aime ça les ordres, ça clarifie
ça me rentre dans la peau
comme des couteaux
ça me fend les pores, je respire trop
défaillances, ouvertures, solitude
ne pas trop ressentir
se protéger du mal à venir
ma peau est un trou, vide de trop respirer

mon corps
la honte, une nécessité?
être vue, la découverte
pourquoi cette façon de me préserver?
mon Coeur est une forêt vierge

je suis pas le dindon de la farce
je me laisse pas fourrer si facilement

je suis vierge
tu n’as pas tout vu
je n’ai pas pu me montrer
seuls, nous l’avons trop peu été
traditionnelle par choix
pas forte sur les trips à trois,

vierge par choix
le Nouveau Monde intact

homme blanc, homme blanc
t’es tellement beau
les miroirs
les miroirs, un beau cadeau
les femmes crient
prends pas ça dans tes mains
ça coupe, un miroir
l’homme blanc, l’homme blanc
y’est tellement beau
il m’a donné le miroir

j’ai fait de mon mieux!
j’ai vraiment fait de mon mieux!
pour prendre conscience
dans l’ostie de silence
des fois je ris, des fois je pleure
INCONFORT DES SENTIMENTS PROLONGÉS
solitude chez les fous
le ressenti

mon corps est un trou béant
une flaque de néant, en dedans
c’est plein, pourtant

le potentiel intouché
je suis complète de moi
comment le manifester?

fatiguée de la chronicité
pourquoi dehors ces corps vivants
ne s’aiment-ils pas plus librement?

l’hypocrisie gronde
dans tant de yeux méchants
folie collective? l’agressivité est un fléau

j’ai mal j’ai mal
de comprendre la laideur du monde
conscience, j’ai peur des fois
de tout ce que je vois

gare aux Corbeaux
et à la lune qui ne brille pas

j’ai juste eu mal
j’ai mal, j’ai juste eu mal
je pleure en silence
pour pas réveiller mes tremblements
fragile, mon corps est neuf
mon esprit Ancien
je suis fatiguée, je lâche pas

l’Alchimie
en Soi, nécessaire
pour Connaître l’Autre
j’avance vers mon Coeur
un jour
je ne ressentirai plus

cette solitude
espoir, beautés, et regards mouillés
marcher, continuer, avancer

quoi faire d’autre?
m’asseoir et mourir?

non, non.

c’est pas moi
ça.

faut pas l’oublier.

les miroirs
je les ai gardés
je me vois, je me sais

toi, tes fourrures
t’ont-elles réchauffé?

ancestralité
le mal, le mal
ça existe, le mal
attention à ton coeur
pur, pur, attention
ne maltraite pas tes dons
réchauffe-toi
des alliances passées

même si les femmes ne l’ont pas souhaité

l’homme blanc
y’est tellement beau

je pourrais jamais regretter.

*
all this shit is real
je panique pas, c’est juste
que des fois j’oublie c’est quoi mon corps
un état? le résultat? la matière transformée
ou celle avant, je sais pas si je dois savoir

souvenirs jetés acceptation du rejet
réciprocité     j’ai pas fait exprès
d’oublier        j’ai pas envie de contempler
ma médiocrité

j’ai déjà joué cette pièce-là
je l’ai écrite, peinte, sculptée, démontée
ravalée, redigérée, recrachée,
etc. etc. etc.
longues listes et énumérations
de règles et de sacrilèges
sorcelleries, malheur
tu as joué
sorcière, vilaine, fucking whore
pourquoi? j’ai pas fait exprès
je sais pas c’est quoi
oublier son cœur et juste penser
j’ai oublié c’était quoi juste penser

paranoïas et cimetières
bullshit sacrée  danse autour du feu, chasser le bison
mange pas les animaux    moi amie    rouges ancêtres
j’ai compris          mais y’a pus de bisons, mes frères
oooooh no more bisons plein de cowboys   pis des suits de cuir
i am a whore        human lady    queen of my body
je suis une amazone, j’ai aimé des Déesses

attention, attention
dans les vieux temples y’a des momies
sors donc dehors pis vis
t’es belle quand tu souris
tu dois ben le savoir, que je t’ai toujours aimée
c’est pas une question de t’haïr, beauté

je suis un cheval, un Sagittaire
on peut pas me dompter
je cours vite, j’ai appris, j’ai appris
j’ai appris à prendre la fuite
blâme-moi pas pour ma lâcheté
fais pas ça, j’ai pas fait exprès
tu me fais peur
avais-tu vraiment compris ça?

all this shit is real
cette personne qui commet l’acte d’écrire
n’est pas un mystère, réalités mes frères
comprenez donc mes sœurs la réalité de mes réalités

je suis un humain

m’avez-vous idéalisée
puis reniée? Clivage oooh regarde-moi
je vais pas tomber avec toi ooooh femmes fatales
je ne veux plus souffrir de vous

clown idiot, il rit et pleure
inverse les ordres, les agence

pourquoi tu m’as fait ça?   si j’étais un oiseau
t’aurais fait quoi pour m’empêcher de chanter?
malheur rigidités grossières hypocrisies amorales
typiques manœuvres    prévisibilités
je suis pas assez clouée
je peux encore m’échapper
BYE, CIAO

je te l’ai dit
j’ai pas toujours envie d’en parler
bye bye bye bye bye bye
assez, assez,
pas envie de vous subir
ooooooh femmes spirales
c’était pas moi le mal
ooooooh mes Amis, comme j’ai péché!

wow, je me vois
wow, j’existe

y’a rien de mal à ça
je savais pas que j’existais

Homme Blanc Homme Transparent
nos parents nous ont trahis

tu es des Miens, je suis chez toi chez moi
je me suis vue, j’existe
le miroir, j’ai pas peur du miroir
il m’hypnotise pas, le miroir,
je suis pas aveuglée

bon chien, bon chien
je te l’ai dit souvent, je sais pas je sais pas
des fois, j’ai l’impression que tu me croyais pas
je suis un crisse de bon chien
je choisis mon Maître
t’es qui pour me forcer
à oublier cette Voie?

viols et autres divertissements
Sehnsucht et divers accablements

je suis pas une Sainte
j’aime
j’aime tellement aimer
j’aime ça t’aimer
ma volonté

mes sentiments, mon humanité
ma tête a oublié
mon cœur arrête pas de vibrer
alertes et rappels
les alarmes ont sonné
j’aimerais que ça s’apaise
aucune drogue
pas de remplacement
j’ai coupé, j’ai coupé
j’ai coupé,
j’ai coupé
j’ai pas fait exprès
c’était pas ma volonté
j’aime tellement ça t’aimer.

 

Laisser un commentaire