Boris Pasternak : Le Commencement (1912-14) – Rêve


Foi en l'Esprit, Show Me Your Glittering Soul / jeudi, juillet 27th, 2017

« En rêve je voyais l’automne aux vitres sombres
Et mes amis et toi dans leur joyeux essaim.
Comme un faucon du ciel avec sa proie sanglante,
Mon coeur redescendait se poser dans ta main.

Mais le temps s’écoulait et vieillissait, exsangue,
Argentant les châssis de ses riches brocarts.
Et, baignant les carreaux de ses larmes sanglantes,
Septembre se levait et traversait le parc.

Mais le temps s’écoulait et vieillissait. Friables
Comme glace craquaient les bergères de soie,
Quand, sonore, soudain se brisa ta parole
Et, comme un carillon, s’interrompit ta voix.

Alors je m’éveillai. L’aube avait la grisaille
De l’automne, et le vent emportait sur son aile,
Comme un chariot que suit une averse la paille,
Les bouleaux alignés qui couraient sur le ciel. « 

Laisser un commentaire